Formation et orientation professionnelle.

jeudi 18 mai 2017
par  Jacques Agnes
popularité : 71%

Les diverses vagues de décentralisation ont attribué aux régions une responsabilité en matière de formation et d’orientation professionnelle. La FSU a pris acte de cet état de fait, mais n’a cessé de pointer les problèmes liés à cette situation. En effet, les collectivités régionales, dans leur ancien périmètre comme dans la nouvelle région, n’ont envisagé cette mission qu’en termes de tissu économique existant et d’insertion des jeunes sur le marché du travail local.

C’est méconnaître la double finalité de l’enseignement professionnel : la question de l’insertion professionnelle et sociale n’en est pas absente, mais il s’agit aussi et en même temps de prendre appui sur le centre d’intérêt professionnel pour faire acquérir des savoir, savoir-faire et savoir-être à des jeunes dont la culture, le mode de vie, les centres d’intérêts, les aptitudes et les acquis de l’école primaire et du collège, les goûts et les projets personnels, rendaient difficiles ces acquisitions dans des voies plus générales et plus théoriques.

Pour le projet éducatif de la FSU, tous les jeunes sont éducables, mais pas tous de la même façon et à condition d’y mettre les moyens nécessaires.

Cela amène quelques interrogations sur les orientations régionales en ce domaine :
• Relations entre l’enseignement public en charge de la mission de formation initiale et le secteur privé, que celui-ci soit confessionnel, patronal ou consulaire ou simplement marchand.
• Place et rôles attribués à l’apprentissage, qui dans les discours régionaux a souvent semblé la panacée, sans faire la preuve, au-delà des affirmations péremptoires et idéologiques, d’une réelle efficacité.
• Droit à l’éducation de tous, indépendamment des besoins immédiat des branches professionnelles et indépendamment du fait d’avoir ou non un maître de stage.
• La « mixité des publics » sur un même site d’enseignement, vantée avec démagogie et imposée avec des arguments moralisateurs, pose de véritables problèmes de cohabitation, de statut, de règlement intérieur, au quotidien.

La mise en place du nouveau « CPRDFOP » (sic) pose également le même type de questions quant à ses orientations ; à quel moment les représentants des personnels pourront-ils intervenir, non pour « poser des questions » ou « demander des éclaircissements », comme on nous le concède parfois, mais pour porter et faire entendre leurs analyses, revendications et mandats ?


Contact

Conseil Fédéral Régional AURA
CFR Auvergne-Rhone-Alpes


BOURSE DU TRAVAIL
205 PLACE GUICHARD
69003 LYON


Tél : 04 78 60 04 80
Port : 06 45 35 97 03
Mél : fsu.aura@fsu.fr

Navigation

Articles de la rubrique